A savoir

Ce qu'on ne vous dit pas sur la cartographie et le cadre de référence pour l'éolien en Wallonie

Alors qu’une étude du Conseil Supérieur de la Santé confirme que les nuisances sonores des éoliennes peuvent entraîner des troubles du sommeil et détériorer le bien être et la santé des citoyens qui vivent à proximité, le Gouvernement Wallon annonçait début juillet une augmentation de la distance par rapport à l’habitat, passant de 600m au lieu de 400 m et une diminution des normes de bruit de 40 dBA au lieu de 45 dBA.

Wallons des villes et Wallons des champs inégaux face aux nuisances

Dans les faits, le cadre de référence actualisé n’applique ces mesures qu’aux zones d’habitat au plan de secteur et sacrifie les nombreux habitants de villages et hameaux inscrits en zone agricole (Arches, St Mort, etc...)

Le sort de nombreux Wallons est ainsi jeté en pâture au profit des puissants lobbies éoliens attirés par le juteux marché des certificats verts. Cette politique de double jeu, pratiquée par nos ministres pour endormir l’opinion publique, ne considère pas de la même manière les habitants des zones d’habitats et des zones agricoles  pour qui la politique éolienne future autorisera des distances de garde de 400m et/ou 3 fois la hauteur de l’éolienne, un niveau de bruit de 45 dB.A et par suite une émergence de bruit pulsé la nuit, de 20 à 15 dB.A par rapport au bruit de fond, ce qui les empêchera de dormir la fenêtre ouverte en été.

Considérant  l’article 10 de la Constitution qui définit l’égalité entre tous les Belges et l’article 11 qui garantit à tous les Belges la jouissance des droits et libertés qui leur sont reconnus, sans discrimination aucune, l’application d’une norme de bruit et d’une distance par rapport à l’habitat différentes pour les Wallons des zones d’habitat et ceux des zones rurales est discriminatoire.

La distance de 600m par rapport à l’habitat et la norme de bruit de nuit, 40 dBA en conditions estivales et 43 dBA en dehors de ces conditions, doit être appliquée à TOUS les Wallons. Ces nouveaux critères doivent se traduire par une augmentation de la zone d’exclusion totale à 600 m (au lieu de 400m) à l’habitat qu’il soit inscrit en zone d’habitat et/ou en zone rurale. 

L’éolien en chiffre :


  • +-1000 éoliennes  = l’objectif Wallon du nouveau cadre éolien du Ministre Henry (Ecolo) prévu d’ici 2020 contre 228 actuellement en Flandre et 91 en mer du Nord.
  • 5 000 éoliennes = le nombre d’éoliennes nécessaires pour produire l’équivalent de la centrale nucléaire de Tihange.   
  • 5 milliards = le coût de l’éolien, financé par le biais des certificats verts et qui sera facturé aux Wallons.
  • 15% = le taux de charge d’une éolienne en Wallonie contre 28% en mer.
  • 40% du territoire = en réalité, ces éoliennes concernent 4% du territoire, mais elles seront visibles sur 40% de la Wallonie dont une grande partie sur le territoire Condruzien.

Le nouveau cadre éolien Wallon 2013

L’objectif éolien Wallon : Les chiffres sont-ils fiables ? Combien de mâts en réalité ?

Après avoir été critiqués par de nombreux partis politiques, y compris au sein de la majorité, les ministres Ecolo en charge de l’élaboration du cadre de références et de la carte éolienne ont annoncé début juillet une diminution des objectifs de production pour l’éolien, passant de 4500 GWh à 3800 GWh alors que l’objectif initial se basait sur un fallacieux ‘productible existant’

Le cadre de référence précise que le potentiel éolien a été établi à partir d’une simulation d’implantation de mats potentiels, puis d’une sélection de mâts validés respectant les ‘paramètres’, mais le document ne donne aucune information précise sur ces ‘mâts’ (hauteur, puissance, implantations précises…). Manifestement, l’information complète et exacte existe mais n’est délibérément pas diffusée.

Cette information joue pourtant un rôle déterminant pour être assimilable par une large proportion de la population et permettre au public de réellement mesurer l’impact des éoliennes industrielles sur l’environnement. C’est un droit européen réglementé dans la convention d’Aarhus sur l'accès à l'information pour des mesures impliquant l’environnement qui est ici bafoué.

L’aménagement du territoire ne peut être un jeu de cache-cache malsain, surtout pour l’acceptation de cette méga-extension éolienne, qui le cas échéant dérogerait au plan de secteur, bouleverserait durablement le  paysage wallon, saturerait notamment les contreforts de la Meuse, dont la superbe partie Condruzienne.  

 Les ministres proclament régulièrement qu’elles seront placées le long des autoroutes pour atténuer les nuisances ! Que nenni ! Sur les 750 éoliennes supplémentaires, seules 250 seront installées en bordure des autoroutes.

 

 

Patrimoine paysager en danger !

Cette méga-extention de l'éolien en Wallonie est totalement disproportionnés par rapport à la géomorphologie du territoire et du paysage Wallon. Un nombre aussi important d’éoliennes déstructurera le rythme et la cohérence de notre patrimoine paysager exceptionnel. Les contres-forts de la Meuse, dont la superbe partie Condruzienne, ainsi que les zones tout aussi touristiques du sud-est du pays seront saturés de champs éoliens éloignés de quelques kilomètres qui deviendront un élément dérangeant pour la population. Car même si la perception est lointaine, la mobilité des pales constitue un point d’appel obsédant qu’il est difficile d’éviter dans le paysage et nombreux sont, déjà aujourd’hui, les points de vue dans le Condroz qui permettent de voir 3 à 4 parcs éoliens éloignés de plusieurs kilomètres sur un même point de vue.

L’électricité déjà plus chère en Wallonie qu’à Bruxelles

En Belgique, l’électricité est déjà une des plus chère d’Europe et cet emballement pour l’éolien en Wallonie, financé par le système des certificats verts, continuera à faire grimper son prix. Le Ministre Nollet (Ecolo) annonce que les Wallons payeront leur électricité moins cher, mais c’est sans dire que le photovoltaïque a fait grimper le cout de l’électricité en Wallonie et que l’éolien coutera  5 milliards  de plus qui seront  facturés aux Wallons par de nouvelles hausses du prix de l’électricité. Cette méga extension de l’éolien alourdira encore la facture d’électricité des Wallons et affaiblira les entreprises Wallonnes qui verront leurs coûts de production s’alourdir et leur compétitivité diminuer au profit de quelques financiers peu soucieux d’écologie.

La politique Wallonne face aux objectifs Européens en matière d’énergies renouvelables

L’Europe a fixé un objectif de 13% d’énergie renouvelable de la consommation finale d’énergie en 2020.   En Belgique les compétences en matière de production d’énergies renouvelables relèvent du régional et, force est de constater que les politiques menées actuellement en Wallonie frisent l’amateurisme. Alors que le secteur photovoltaïque est encore nettement sous-représenté en Wallonie (le parc photovoltaïque Flamand représente 80% du secteur en Belgique avec 2061 MWc installés, contre 15 MWc à Bruxelles et 491 MWc en Wallonie) le gouvernement, de par son incapacité à réagir rapidement, donne un mauvais signal à la politique de  soutien au secteur du photovoltaïque et trahit la confiance de milliers de ménages belges qui avaient investi dans le secteur. Aujourd’hui, on assiste à une politique de soutien démesuré pour l’éolien, alors que le nombre d’éoliennes est déjà plus élevé en Wallonie qu’en Flandre. Le vent soufflerait-il plus fort en Wallonie que chez nos voisins du nord ? Le nouveau cadre éolien ne justifie d’ailleurs pas une extension massive sur base d’études de vent probantes sur les sites envisagés,  et l’ancien cadre de référence de rappeler que « la complexité du relief wallon ne permet pas d’établir une carte des vents suffisamment précise pour se passer de mesures préalables sur site ».

Nous regrettons aussi qu’à ce jour, le gouvernement wallon ne fasse pas preuve de plus d’initiatives pour l’étude du développement d’autres alternatives d’énergies renouvelables comme l’énergie hydraulique, géothermique ou la biomasse, dont le bois de nos forêts wallonnes. Des investissements pour le développement de ces différentes filières permettraient de créer de nombreux emplois et d’atteindre les objectifs européens en matière d’énergies renouvelables. 

Notons aussi que le soutien aux initiatives d’économie d’énergie (isolation) et les investissements dans ce sens, dans les bâtiments publics notamment, restent bien marginaux en comparaison du coût de cette politique éolienne. Si l'on compare sur une même base le montant des primes à l'isolation avec les certificats verts éoliens, on s'aperçoit rapidement que l'éolien est 20 fois plus subsidié pour une même économie de CO2. La meilleure énergie n’est-elle pas celle que nous ne consommons pas?

Conclusion

L’objectif de ce cadre éolien était de mieux cadrer le développement éolien pour protéger les citoyens et empêcher une implantation anarchique d’éoliennes en Wallonie. Aujourd’hui, on s’aperçoit que ce cadre éolien, qui s’appuie sur plus de deux années de consultations avec les acteurs du secteur, les associations environnementales et les soit disant nombreuses instances décisionnelles,  n’est qu’une vaste hypocrisie qui vise à assouplir toutes les contraintes d’installations actuelles et d’empêcher le principe démocratique. Les critiques au Parlement Wallon et les réactions négatives de la majorité des communes prouvent que les seuls acteurs consultés pour la réalisation de ce cadre éolien sont les promoteurs et les nouveaux investisseurs du renouvelable attirés par les juteux marchés des certificats verts. Trop c’est trop, nous disons STOP à cette « dictature escrologique » qui va défigurer et ruiner la Wallonie!

La Wallonie a besoin d’une stratégie de développement raisonnée et raisonnable en matière d’énergies renouvelables, respectueuse des citoyens et en accord avec ses moyens et ses priorités économiques actuelles et futures.

Dans le cadre de l’enquête publique, nous vous invitons à réagir et à vous opposer ce cadre éolien qui risque de laisser les cicatrices d’un vent de folie qui aura soufflé sur la Wallonie. 

Pour nous soutenir et donner plus de poid à notre intervention collective, nous vous invitons à devenir membre adhérent de notre association. Vous marquerez ainsi votre opposition à ce nouveau cadre éolien et resterez informé de nos actions.

Analyse critique détaillée

Dans le cadre de l'enquête publique d'octobre 2013, nous avons remis notre analyse critique détaillée du cadre éolien et de la cartographie. Cliquez sur l'onglet 'Critiques cadre éolien' pour consulter les dossiers détaillées de notre analyse.